[email protected] +243 972 020 956
La Célébration de la journée internationale des scouts a été pour la population de Bunyakiri et pour SYNIGL un temps fort d’engagement à construire la Paix et la Cohésion sociale : les jeunes scouts, un modèle à suivre !
mars 7, 2019
0

Les scouts du monde entier ont célébré la journée internationale qui leur est dédié, le 22 Février.

En RDC, cette journée a été mêmement bien célébrée par le groupe scout de Bunyakiri en territoire de Kalehe, Province du Sud-Kivu. Cette célébration a été réalisée avec l’appui technique et financier de Synergie d’Initiatives pour les Grands Lacs, SYNIGL.

Célébrée sous le thème “Zéro Jeunesse dans les groupes armés mais jeunesse engagée pour la paix et la justice dans la région de Grands Lacs”.

 

Du 21 au 24 février 2019, des activités de grande envergure ont été menées en faveur de plusieurs couches des communautés vivant à Bunyakiri.

Le 21 février 2019, une rencontre avec les jeunes anciens enfants soldats a été réalisée. Au cours de cette rencontre, 87 anciens enfants soldats, et aujourd’hui membres du mouvement scout, ont eu à partager leur expérience d’une part comme anciens membres des groupes armés et d’autres part comme jeunes artisans de paix et justice.

A tour de rôle, ces jeunes anciens enfants soldats ont partagé avec les autres participants  les conséquences très néfastes que le bref séjour au sein des groupes armés a pu causer non seulement à leur propre vie mais aussi à celle de toute la communauté. Le prix à payer était lourd et continue à l’être malheureusement. La réadaptation  et la  réintégration à la vie normale au sein de la même communauté qu’ils ont meurtrie posent encore des sérieux problèmes.

Par la suite, ils ont sensibilisé d’autres jeunes à ne pas céder aux appels et aux promesses mensongères des politiciens et des autres seigneurs de guerre qui les invitent à venir peupler leurs mouvements armés pour des fins égoïstes.

Au finish, ils ont tous demandé pardon à leurs compagnons jeunes pour les avoir trahi et terni leur image par leur activisme dans les mouvements armés. En guise de réparation, ils se sont tous engagés à concourir sans relâche, à travers le mouvement scout, à œuvrer quel que soit le prix pour une jeunesse bâtisseuse de la paix et protectrice des droits humains.

S’agissant du 22 février 2019, une sensibilisation porte à porte à été réalisée avec comme cible tous les jeunes, filles et garçons, vivant à Bunyakiri. Au cours de cette activité, il s’agissait de sensibiliser d’autres jeunes en leurs expliquant la nécessité d’un scoutisme engagé pour la paix, la cohésion sociale et la promotion des droits. Le scoutisme est un mouvement volontaire des jeunes prônant l’amour du prochain, de Dieu et de la nation mais doit s’adapter à la réalité du quotidien des communautés dans lesquelles il est impliqué. Aussi, ont-ils invité leurs interlocuteurs à y adhérer massivement pour ensemble relever le défi, qui n’est rien d’autre que de bâtir une jeunesse éprise de paix et justice.

Pour clore les trois jours de travail intense, en date du 24 février 2019, une conférence a été animée en faveur de tous les hommes et femmes membres de la communauté de Bunyakiri sous le thème “Population de Bunyakiri, la violence ne passera plus par nous: je me désassocie et dénonce ». Au moins 643 personnes y ont pris part. Pendant son speech, l’orateur du jour, monsieur Marc Mushamalirwa, membre de Synigl, à invité les participants à identifier et à énumérer toutes les formes de violation dont ils ont un jour été victimes et qui restent courantes dans la communauté. Prenant la parole, les participants ont tour à tour cité :

  • Le viol,
  • Le harcèlement sexuel,
  • Le massacre,
  • Le pillage,
  • Les tortures physiques et pschologiques,
  • Les arrestations arbitraires,
  • Les violences domestiques,
  • L’enrôlement forcé des enfants dans les groupes armés,
  • Le kidnapping,
  • La séquestration,
  • Le mariage précoce,
  • L’exploitation des enfants dans les carrières minières ou à des fins sexuelles.

Reprenant la parole, l’orateur a souhaité ensemble avec les participants identifier qui dans leur communauté pourraient être les auteurs  de toutes ces violences. Très vite, l’audience a cité les groupes armés, la police, l’armé, les anciens membres des groupes armés, l’agence nationale de renseignement (intelligence), quelques jeunes délinquants et les autorités politico-administratives.

 

Mais l’orateur est revenu sur le fait que chacun de près ou de loin, par action ou par omission pourrait aussi contribuer au climat de conflit et de la violence. De manière participative, les participants ont accepté et se sont mis à citer, aidés par l’orateur, des comportements qui pourraient engager la responsabilité de chaque membre de la communauté. Il s’agit entre autres:

  • Le fait de ne pas dénoncer les auteurs de violences;
  • Le fait de ne pas assister les victimes des violences;
  • Le fait  d’exploiter sexuellement les mineurs  dans les carrés miniers et dans autres activités qui les exposent à la violence;
  • Le fait de poser des actes qui portent atteinte à la pudeur;
  • Le règlement à l’amiable avec les auteurs de viol et des crimes assez graves;
  • La collaboration avec les auteurs des violences;
  • La vente ou consommation excessive des drogues;
  • Le fait de tenir des propos calomnieux;
  • Le fait d’attiser la  haine, etc.

Face à ces réalités, les participants ont mesuré leur responsabilité et ont pris la résolution de lutter contre tous ces comportements par toutes les voies légales.

Un jeu concours, sketchs  et plusieurs poèmes sur les droits humains ainsi que sur le rôle de la jeunesse dans le processus de pacification ont été produits par les scouts sous l’encadrement de SYNIGL pour animer et sensibiliser davantage les participants.

Le territoire de Kalehe et  particulièrement la zone de Bunyakiri depuis déjà deux décennies est déchirée par les conflits armés. Non seulement le bilan est très lourd en termes de perte en vies humaines mais aussi  en matière de violation des droits humains et des dégâts matériels.

Presque toute la jeunesse a été forcément enrôlée au sein des groupes armés, la quasi totalité des écoles brûlée, les femmes et les jeunes filles violentées, les hommes et les femmes massacrés et ou mutilés, des maisons brûlées, des villages abandonnés, des champs minés, une pauvreté extrême de la population, les armes à feu pullulent sans contrôle au sein des communautés etc.

Cette contrée mérite une attention très particulière et c’est dans cette optique que SYNIGL y jette un regard très soucieux vu le danger que cela représente particulièrement pour toute la  nation congolaise et pour la région des grands lacs en général.

                          Célébration de la journée internationale des scouts en image

Please follow and like us:
error
fr French
X
Follow by Email
Facebook
Facebook
Twitter
YouTube
YouTube